Coopérative des éleveurs bovins de la martinique

La coopérative

0
Salariés
0
Adhérents

PRESENTATION

Avec plus de 38 ans d’existence (1984) sur le territoire de la Martinique, la Société coopérative des éleveurs Martiniquais (CODEM) est un acteur incontournable de la filière viande.

Les adhérents de la CODEM se répartissent autour de différents ateliers

Seule coopérative agricole spécialisée en production de viande bovin et commercialise en Martinique

0 Tonnes

de viande par an

Les adhérents de la CODEM se répartissent autour de différents ateliers : engraisseurs, naisseurs, naisseurs-engraisseurs. Ceux-ci respectent un cahier des charges très strict. La CODEM représente aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 3 millions d’euros par an.

Elle est la seule coopérative agricole spécialisée en production bovine viande et commercialisée près de 300 tonnes de viande par an. 

Elle possède un atelier de découpe de viande agréé CEE ; par ailleurs, elle a ouvert la première boucherie coopérative sur une surface de 225 m2 permettant la valorisation du savoir-faire de ses éleveurs et la commercialisation en circuit court.

Cette boucherie (CODEV) ouverte depuis août 2017 à la zone de Bois Quarré au Lamentin, permet à la CODEM de vendre au détail une partie de sa production (+ 10 %).

La CODEM réalise pour le compte de ses adhérents éleveurs, les prestations suivantes :

La CODEM réalise pour le compte de ses adhérents éleveurs, les prestations suivantes :

Cette coopérative est en croissance permanente en dépit des difficultés rencontrées par la filière viande martiniquaise. 

La CODEM a investi plus de 1 000 000 € depuis 2011 dans la modernisation de son atelier de découpe, la maturation de la viande, la création de la boucherie « Le Comptoir des Viandes », la création d’un espace restauration, et la labellisation de sa viande bovine.

MISSIONS ET ORGANISATION TECHNIQUE

MISSIONS

Cet encadrement assure également le suivi de l’application de l’aide aux produits aux exploitations bovines prévues dans le POSEI (Programme d’Options Spécifiques à l’Eloignement et à l’Insularité). 

Commercialisation de la production

MISSIONS ET ORGANISATION TECHNIQUE

CODEM : du pré à l’assiette

  • La coopérative des éleveurs bovins de Martinique (CODEM) avance, projet après projet, jusqu’à maîtriser de l’amont à l’aval toute la chaîne de production : de la sélection des animaux jusqu’à la vente en direct à ses clients.
  • La CODEM a relevé le défi de structurer une filière efficace et rentable. Fruit d’une stratégie ambitieuse de modernisation et professionnalisation, les outils et les espaces à disposition permettent aujourd’hui « d’avoir la main de A à Z sur la chaîne de production ».

Croisements et génétique

La mise en place du programme de sélection génétique bovin viande de la Martinique est un élément clé dans le développement des élevages, la pérennisation des exploitations, et l’amélioration de la production de viande. Sous l’égide de la Chambre d’Agriculture et avec l’Union des Eleveurs de Bovins Brahman, la CODEM a ainsi sélectionné, un produit terminal métis sur le plan génétique, issu d’un croisement entre une vache Brahman et un taureau de race européenne acclimaté. Soit « un animal adapté à notre île et à ses enjeux économiques », capable de produire davantage de muscle et dont la viande possède les qualités organoleptiques recherchées.

2005

Création d’une salle de maturation

  • Ce goût du bœuf précisément est étroitement lié à l’étape de « maturation » de la viande. La viande de bœuf tire profit de l’effet du temps et d’un environnement maitrisé. Un « repos » de plusieurs jours à quelques semaines, qui entraine un relâchement des fibres musculaires assurant la tendreté et l’exhalation des flaveurs. Dans cette logique, la CODEM a ainsi choisi de se doter d’une salle de maturation concédant un investissement de 270 000€.

2011

La modernisation de l’atelier de découpe de la CODEM

  • Afin de répondre à la demande des GMS (Grandes et Moyennes surfaces), l’atelier de découpe de la CODEM a été amélioré. Du matériel (l’emballeuse, la scie à ruban, la sous videuse)  a été mis à la disposition des salariés afin de conditionner autrement les produits et par conséquent, améliorer les rendements des carcasses. La modernisation de l’atelier de découpe répond aux besoins des GMS dus au manque de personnel boucher qualifié, manque de matériel adéquat…

2016

Le Comptoir des viandes (concept store: boucherie coopérative)

Dernier volet, crucial, celui de la distribution. Poursuivant l’objectif de satisfaire un panel de clients, du boucher traditionnel à la supérette, en passant par la restauration collective et les restaurateurs et bien sûr la grande distribution, le laboratoire s’est doté, dès 2014, de sa propre chaîne de mise en barquette et de mise sous vide. En 2017, soutenu à nouveau par le programme européen Feader, l’ouverture d’un concept store autour de la création agroalimentaire martiniquaise est venue compléter le tableau. Le Comptoir des viandes recevra bientôt un restaurant, soit la touche finale de l’évolution de cet acteur de l’agriculture, capable d’adapter les valeurs artisanales de l’élevage local aux enjeux de la modernité du marché et des attentes des Martiniquais.

2016

La labellisation – « Act LABEL’BOV »

Avec l’aide du PARM, « une labellisation des produits CODEM verra le jour »,. Derrière ce processus réglementaire long et contraignant, se joue une question de notoriété et de communication à la fois gastronomique, économique et écologique. Car l’élevage bovin local participe aussi bien à l’économie d’un secteur, à l’alimentation de la population qu’au maintien et à l’entretien des paysages de l’île et de sa biodiversité.

2020

L’espace restauration au Comptoir des viandes

L’espace restauration a été créé en août 2020 afin de valoriser la viande bovine au sein de la boucherie coopérative. L’idée est d’aller du pré à l’assiette. Par ailleurs, cet espace restauration met en avant la production locale, tous produits confondus (végétaux et animaux).

2020

Le plan de relance de la filière bovine

Suite aux aléas climatiques, à la situation sanitaire, la filière bovine a proposé un plan de relance autour des thématiques suivantes:

  • La production de fourrage et la fertilisation des terres
  • L’atelier de transformation de la viande bovine
  • L’association foncière pastorale (AFP)
  • La construction d’un bâtiment de décontamination à la chlordécone
  • L’achat de reproducteurs brahman pour assurer le renouvellement du cheptel bovins de Martinique
  • Amélioration génétique avec l’insémination artificielle et la transplantation embryonnaire
  • Le financement du matériel de production de fourrage

2020 – 2030